Franck Paris, un nouveau « M. Afrique » à l’Élysée

Franck Paris, le nouveau conseiller Afrique du président Macron, l’a accompagné vendredi dans son premier déplacement africain au Mali. Le diplomate de 39 ans est un fin connaisseur du continent et de l’Union européenne. C’est un camarade de promotion qu’Emmanuel Macron a choisi de nommer "M. Afrique" de l’Élysée. Franck Paris, à peine 39 ans, comme le nouveau président, a connu celui-ci sur les bancs de l’ENA, au sein de la promotion Leopold Senghor, diplômée en 2004. L’homme, présent aux côtés d’Emmanuel Macron lors de son premier déplacement africain au Mali vendredi 19 mai, intègre ainsi la cellule diplomatique de…

Passage en revue

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Franck Paris, le nouveau conseiller Afrique du président Macron, l’a accompagné vendredi dans son premier déplacement africain au Mali. Le diplomate de 39 ans est un fin connaisseur du continent et de l’Union européenne.

C’est un camarade de promotion qu’Emmanuel Macron a choisi de nommer « M. Afrique » de l’Élysée. Franck Paris, à peine 39 ans, comme le nouveau président, a connu celui-ci sur les bancs de l’ENA, au sein de la promotion Leopold Senghor, diplômée en 2004.

L’homme, présent aux côtés d’Emmanuel Macron lors de son premier déplacement africain au Mali vendredi 19 mai, intègre ainsi la cellule diplomatique de l’Élysée, dirigée par Philippe Étienne, énarque comme lui et ancien ambassadeur de France à Berlin. Franck Paris peut se targuer d’avoir une double casquette de connaisseur des affaires africaines et européennes.

Le nouveau conseiller Afrique du président, sorti de l’ENA conseiller pour les Affaires étrangères, a en effet débuté dans l’administration centrale du Quai d’Orsay où il a travaillé comme rédacteur à la direction Afrique et océan Indien (DAOI).

Il y a développé une solide expertise de la zone, avant de rejoindre la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne à Bruxelles. La mission principale de cette antenne diplomatique ? Défendre les positions françaises auprès des institutions européennes et informer au mieux les autorités françaises sur les questions européennes. « Il a eu à traiter des dossiers sur la défense, la gestion de crises et la zone pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique », relève Le Point.

Sympathique et compétent

« C’était un collaborateur sympathique et compétent, il était très agréable de travailler avec lui », indique une ancienne collègue de la représentation permanente, contactée par France 24. La jeune femme l’a côtoyé à Bruxelles avant de le recroiser dans les cabinets ministériels parisiens durant le quinquennat de François Hollande. « C’est quelqu’un qui travaille avec sérieux et connaît bien les dossiers africains, quelqu’un de confiance qui a très bonne réputation à la représentation permanente », insiste la trentenaire.

Après cette expérience européenne, Franck Paris a rejoint dès 2012 en tant que conseiller Europe le cabinet de Jean-Yves Le Drian, l’inamovible ministre de la Défense du quinquennat Hollande, qui vient d’être nommé ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

Franck Paris quitte le cabinet de Le Drian en 2015. Et ensuite ? « On lui prête depuis un passage à la DGSE qui ne figure pas dans son CV officiel », avance L’Opinion, citant un ancien membre du cabinet de Jean-Yves Le Drian : « Il avait demandé à rejoindre la Centrale (NDLR : Surnom de l’agence de renseignement, boulevard Mortier). C’est un homme brillant, structuré, agréable humainement qui présente un double avantage. Il connait aussi bien les affaires européennes que celles du continent. Il a beaucoup aidé le ministre de la Défense à plaider les dossiers africains au sein des institutions européennes à l’heure de nos engagements au Sahel et en Centrafrique. »

La nomination d’un diplomate à la fois fin connaisseur de l’Afrique et des arcanes de l’Union européenne s’inscrit en tout cas dans la vision d’une politique africaine qu’Emmanuel Macron a esquissée durant sa campagne. « Nous devons mettre en place un partenariat stratégique entre les Unions (européenne et africaine), qui renouvelle complètement les politiques existantes, pour sortir des logiques de charité ou de clientélisme, et bâtir une relation politique et économique véritablement partenariale », avait-il ainsi déclaré à Jeune Afrique le 14 avril dernier.

À propos admin